rue Tripier

rue Tripier

C'est une partie de l'ex-rue Parisy, comprise entre la rue Paul-Vaillant-Couturier et la rue du Parc, qui reçut le 3 novembre 1888 le nom d'un ancien maire de Noisy-le-Sec.
Place des Cités-Unies

Place des Cités-Unies

En 1977, l'espace libre situé rue Jean Jaurès à côté de la bibliothèque municipale (actuellement La Galerie) et devant l'immeuble des impôts, a été aménagé en place publique avec parking et reçut le nom de place des Cités Unies.
rue du Marché

rue du Marché

En 1891, le conseil municipal vote la construction d'un marché couvert et le percement d’une rue transversale de 1500 mètres, partant du n° 28 rue de la forge (actuelle rue Jean Jaurès) débouchant sur la rue Damas (actuelle rue Brossolette)....
ruelle aux Loups

ruelle aux Loups

On appelait encore ainsi au XX ème siècle une ruelle de 1 mètre de largeur entre deux murs de jardins à l'emplacement d'une ancienne sente ayant bordé le mur septentrional du Clos des Bergeries (photo 1951).
Ruelle ou chemin de la Boissière

Ruelle ou chemin de la Boissière

Ruelle ou chemin de la Boissière ; sert de limite entre les terroirs de Noisy et Rosny.
rue Bethléem

rue Bethléem

Photo prise en 1951. Ex-sente de l'Infirmerie remontant au moins à 1520.
rue Damas (Pierre Brossolette)

rue Damas (Pierre Brossolette)

Anciennement rue Damoiselet : commençait à la rue de Brément et finissait au chemin des Petits Noyers (aujourd'hui avenue Marceau).
rue de Pantin

rue de Pantin

Ouverte en 1848, c'est une partie de la route départementale de Paris au Raincy.
rue Abel Bonnevalle

rue Abel Bonnevalle

Ancienne rue de la Levée. Par délibération du 27 mai 1905, le Conseil municipal décida de donner son nom à une rue : "Grâce à lui, le petit bourg de Noisy est devenu aujourd'hui l'une des villes les plus prospères...
Place Jean-Coquelin

Place Jean-Coquelin

En 1957, un important retour de flamme se produisit sur la machine à vapeur que conduisait le mécanicien Jean Coquelin. Pour éviter une catastrophe, il entra dans la fournaise et réussit à arrêter son train avant l'arrivée au terminus de...
Allée du Londeau

Allée du Londeau

Londeau, déformation de Longue Eau, est un ancien canton connu avant 1479, qui tire son nom du fossé de "Longue Eau", qui recueillait des eaux de renouvellement, notamment celles du Fond d'Orval.
avenue Victor Hugo

avenue Victor Hugo

Ancien chemin, puis rue de Notre-Dame-des-Anges. Il prit le nom de Victor Hugo en 1895
rue Béthisy

rue Béthisy

Ex-ruelle du Four, car un four seigneurial existait au Moyen-Age à l'emplacement de ce qui fut l'école maternelle (démolie lors de l'opération de renouvellement urbain du centre-ville dans les années 1960).
rue de la Madeleine

rue de la Madeleine

Partie restante, du côté du village, de l'ancien chemin conduisant à la léproserie de la Madeleine-lès-Bondy.
avenue de Strasbourg

avenue de Strasbourg

Le chemin des Plants de Bondy porte le nom d'avenue de Strasbourg depuis le 4 mars 1895.
boulevard Michelet

boulevard Michelet

Boulevard ouvert en 1903.
avenue Georges Clémenceau

avenue Georges Clémenceau

Le 2 décembre 1924, la voie ouverte entre la rue de la Forge et le monument aux morts reçoit le nom d'avenue de la Victoire. Le 14 février 1930, on lui donne le nom de Georges Clémenceau, surnommé le Père-la-Victoire.
rue du Centenaire

rue du Centenaire

Ainsi nommée parce que son inauguration coïncida avec les fêtes du centenaire de 1789.
Rue Frépillon

Rue Frépillon

Cette rue est déjà mentionnée dans un registre censier de l'abbaye de Saint-Denis en 1508.
Rue de la Dhuis

Rue de la Dhuis

La Dhuis ou Dhuys est un affluent de la Marne, dont les eaux sont amenées à Paris par un aqueduc de 131 km construit aux frais de la ville de Paris, de 1863 à 1865, et qui traverse, souterrainement, la...
Rue Baudin

Rue Baudin

vue de la rue Baudin en 1925, en direction de l'avenue de Rosny.
Rue Cottereau

Rue Cottereau

La famille Cottereau est connue dès le XVIIè siècle, notamment : Etienne (1619) et Nicolas (1627) propriétaires de terre près de l’église ; Etienne (1748) est procureur de la Prévôté de Saint-Denis ; Denis (de 1768 à 1774) est notaire...
La rue du Fort

La rue du Fort

Ex-rue de la Fontaine car, en débouchant dans le chemin de la Luette (le Levée), elle était le plus court chemin pour atteindre la fontaine d’Orval. En 1835, on construisit le premier fort de Cuisy que l’on apercevait dans le...
Rue de Merlan

Rue de Merlan

Le hameau de Merlan est peut-être le Mont-Maurillon, connu dès le VIIè siècle et qui remonterait aux Gaulois.
De Marceau aux Petits Noyers

De Marceau aux Petits Noyers

Le 3 novembre 1888, le nom du Maréchal d’Empire fut donné à la sente des Petits-Noyers, tracée dès le Moyen Age, et qui s’appelait chemin des processions du Saint-Sacrement au XVIIIè siècle.
Rue du Goulet

Rue du Goulet

Un goulet est un passage court et étroit. Dès 1315, il est question du goulet de Noisy, chemin resserré entre deux collines, menant à Romainville. Un filet d’eau y cheminait ; c’était aussi le siège d’une importante fontaine alimentant le...
Rue de la Gare

Rue de la Gare

En 1846, commencèrent les travaux nécessités par le passage de la voie ferrée de Paris à Meaux et c’est le 10 juillet 1849 que s’arrête, à Noisy, le premier train.
Rue du Fond d’Orval, Chemin de la fontaine

Rue du Fond d’Orval, Chemin de la fontaine

La fontaine d’Orval, alimentée par une nappe souterraine, donnait une eau excellente qui jusqu’au milieu du XIXème siècle, était recherchée par presque tous les Noiséens.
Boulevard de la Boissière

Boulevard de la Boissière

La route stratégique créée en 1870 fut dénommée boulevard de la Boissière le 26 juillet 1900.
Boulevard Gambetta

Boulevard Gambetta

Ce boulevard fut ouvert en 1888 sur l’emplacement d’une sente dite de la « grosse borne ».
Rue Dombasle

Rue Dombasle

Cette rue va du boulevard Gambetta à la ligne de chemin de fer, c’est ce qui reste des chemins des Plants-de Bondy, joignant Noisy à Bondy, appelé aussi chemin de la Grande Tour.
Rue Saint-Denis

Rue Saint-Denis

Cette voie conduisait du centre du village à la principale des terres de l’abbaye de Saint-Denis.
Denfert Rochereau

Denfert Rochereau

Anciennement chemin du bas de Noisy à Merlan, prit d’abord le nom d’Enfer, car elle était située dans la partie la plus basse de la ville (52m au-dessus du niveau de la mer). En 1888, la municipalité, par une sorte...
Rue de la Forge

Rue de la Forge

L'ancien chemin de la Forge conduisait primitivement de la Place du Carquant, autrement dit du grand Carrouge ou du Carrefour (aujourd'hui Place Jeanne d'Arc) jusqu'en un lieu que l'on disait "es forges".
3 bis, rue de Brément

3 bis, rue de Brément

Brément (Berman, Bermens ou Bresmens) est un nom d’origine normande, désignant un courtier en vin. Le « Bout de Brémant » étant un canton du village, situé à la fourche formée par les chemins de Villemomble et de Rosny. Dès 1408,...
Rue Carnot

Rue Carnot

Le 10 septembre 1888, venant de Fontainebleau et se rendant à Cherbourg, le train présidentiel s’est arrêté à Noisy-ceinture. Monsieur Sadi Carnot, président de la République, est descendu sur le quai, accueilli par le maire, le conseiller d’arrondissement et les...
Rue Châalons

Rue Châalons

Ancien curé de Noisy-le-Sec, installé le 28 août 1814, il a fait reconstruire l’église telle qu’on la connaît actuellement (1823) et à fait l’acquisition d’une cloche ; il démissionna en 1840 et se retira à Marie-Thérèse où il mourut en...
Articles récents
Albert Bergé : 40 ans au service du chemin de fer

Albert Bergé : 40 ans au service du chemin de fer

Après son certificat d'études en 1926, il entre comme apprenti à la Compagnie des chemins de fer de l'Est. C’est le 18 juillet 1967 qu’il est admis à la retraite, après 40 ans passés au service de l’entreprise.
Les Bergé, histoire d'une famille cheminote

Les Bergé, histoire d’une famille cheminote

Mon arrière-grand-père, Louis Albert Bergé, d'origine briarde, est venu en région parisienne. Il a inauguré la tradition cheminote familiale.
Marchand de charbon, un métier aujourd'hui disparu

Marchand de charbon, un métier aujourd’hui disparu

Jusque dans les années 50 le charbon provenait du nord de la France (région de Lens) mais ensuite les mines ayant fermé, le charbon provenait de Russie ex URSS et des Pays de l’Est et d’Allemagne (Ruhr).
1914, nous venons d'Alsace, de Mulhouse...

1914, nous venons d’Alsace, de Mulhouse…

Pour le moment nous marchons vers le nord, bonne santé et bon courage.
Découvrez l'histoire de la gare de Noisy-le-Sec

Découvrez l’histoire de la gare de Noisy-le-Sec

Samedi 20 mai à 15h, l’Université populaire d’Est Ensemble organise en partenariat avec le Comité Départemental du Tourisme de Seine-Saint-Denis une visite d’une exposition commentée sur la gare de Noisy-le-Sec et son histoire, dans le cadre du cycle « Transports et développements urbains »
25 juin 1915, Mes chers parents

25 juin 1915, Mes chers parents

Le pauvre Maurice Formentin est mort et Céline Granshet aussi et combien d'autres qu'il y aura encore comme çà. Mais quel malheur on en voit pas encore la fin.
Etude de cas, du 30 au 60 rue Jean Jaurès

Etude de cas, du 30 au 60 rue Jean Jaurès

Françoise Morin a promené ses souvenirs rue de la Forge, devenue rue Jean Jaurès le 10 juillet 1925.
Noisy-le-Sec le 5 septembre 1914

Noisy-le-Sec le 5 septembre 1914

Chers Neveux et nièce, Je ne suis pas malheureux dans mon nouveau métier car si personne n'était plus malheureux que moi tout irait bien.
Chez Budor

Chez Budor

Les Budor (ou Budort), dont la présence sur le territoire de Noisy-le-Sec est attestée depuis 1507, ont été tour à tour, cultivateur, vigneron, maître d'école, officier municipal, maire, etc... et commerçant.
Mon grand-père cheminot

Mon grand-père cheminot

Né en 1898, de la classe 1916-1917, il ne sera démobilisé qu’en juin 1920. De retour à Noisy, il se marie en août 1920 et après quelques emplois divers, il rentre à la Compagnie des Chemins de Fer de l’Est.
Meilleurs voeux pour 2017

Meilleurs voeux pour 2017

Que l'année nouvelle vous soit douce et légère et nous donne l'occasion de partager nos connaissances et nos souvenirs.
1932, un orgue pour Saint Jean-Baptiste

1932, un orgue pour Saint Jean-Baptiste

Après sa construction de 1929 à 1930, la nouvelle église St Jean-Baptiste fut inaugurée le 11 janvier 1931. Pour accompagner les cérémonies, il fut décidé l’achat d’un orgue de grande qualité.