Patrimoine
De la Bonneville à Valexy

De la Bonneville à Valexy

La Société de La Bonneville a été fondée le 1er février 1904 par le banquier Soulange Renard. Il exploitait une usine métallurgique à La Bonneville (Eure). En 1913 un agrandissement de cet atelier devenait nécessaire. C’est à cette époque que la direction décide d’acquérir plusieurs parcelles de terrain sur la plaine des Groux.
La rue de Merlan, son histoire et ses commerces

La rue de Merlan, son histoire et ses commerces

N’ayant pas connu l’urbanisation due à l’activité du chemin de fer et peu subi le bombardement d’avril 1944, la rue de Merlan a gardé son habitat rural quasi intact jusqu’en 1986, date de la rénovation d’une partie de la rue par Garry Faïf.
avenue de Bondy (Gallieni)

avenue de Bondy (Gallieni)

L’avenue de Bondy  (ancien chemin de communication de Paris au Raincy par Bondy) fut aménagée entre 1860 et 1864 pour redresser l’ancien chemin de la Forge qui suivait l’actuelle rue Arago et l’avenue Burger. C’est après la guerre 1914-1918 qu’elle fut rebaptisée Gallieni.  
Le square Joffre

Le square Joffre

La maison de Me Chevillard, notaire, achetée par la Ville en 1913, a été longtemps entourée de verdure. Le parc attenant à la maison fut aménagé et devint le square du maréchal Joffre.
Le marché aux comestibles

Le marché aux comestibles

Le premier marché aux comestibles se tenait rue Béthisy. En 1891, pour agrandir le marché, le Conseil Municipal vote le percement d’une rue transversale parallèle à la rue Béthisy, ce sera la rue du marché.
Pas à pas, rue Henri Barbusse

Pas à pas, rue Henri Barbusse

Sur une carte de 1810, la rue Henri Barbusse porte le nom de « Chemin du bout d’en bas à Merlan » ; les Noiséens ont emprunté cet itinéraire depuis le village de Noisy pour se rendre au hameau de Merlan.
14 avril 1946, première commémoration du bombardement de 1944

14 avril 1946, première commémoration du bombardement de 1944

"Pour la petite histoire, j'avais moi-même une amie Jeanine Louis, avec qui chaque soir au sortir de l'école nous jouions à "je te raccompagne, tu me raccompagnes..." Ce soir du 18 avril, je l'ai raccompagnée pour la dernière fois. Jeanine et sa famille ont disparu dans le bombardement."
Le Londeau de 1789 à 1964

Le Londeau de 1789 à 1964

C’est Nicolas Tripier, avocat et maire de Noisy-le-Sec de 1819 à 1829 qui, s’étant porté acquéreur de la ferme et des terrains du Londeau, fit construire la demeure bourgeoise, devenue plus tard Carmel, qui ne fut démolie qu’à partir de 1964.  «  En 1850, ses héritiers morcèlent les parcelles et les vendent aux enchères. Seules...
Le fief du Londeau, des origines à 1789

Le fief du Londeau, des origines à 1789

Le nom Londeau est une déformation de « longue-eau ». L’orthographe actuelle date du début du 19ème siècle . Il y avait là un fossé qui recueillait les eaux sauvages provenant des hauteurs de la Boissière et du vallon de la Fontaine d’Orval.
Le gymnase municipal de la rue Damoiselet

Le gymnase municipal de la rue Damoiselet

Le 15 novembre 1902, le Conseil Municipal prend une délibération et décide de la construction d’une salle de gymnastique et d’une remise de pompe avec cheminée de séchage pour les tuyaux, rue Damoiselet.
Villa à Noisy-le-Sec

Villa à Noisy-le-Sec

Les environs immédiats de Paris, au nord et au nord-est , ne sont pas comptés au nombre des sites les plus pittoresques de la banlieue. néanmoins, ils sont fort peuplés, et des constructions neuves, tantôt simples, tantôt très élégantes, s'y élèvent chaque jour.
Recueil "1914-1918 Mémoires noiséennes"

Recueil « 1914-1918 Mémoires noiséennes »

Il est arrivé ! Tout chaud sorti des presses, notre recueil "1914-1918 Mémoires noiséennes", publié à l'occasion du centenaire de l'Armistice. Pendant quatre années nous avons collecté un maximum d'informations et de souvenirs.