Culture et media
Le marché aux comestibles

Le marché aux comestibles

Le premier marché aux comestibles se tenait rue Béthisy. En 1891, pour agrandir le marché, le Conseil Municipal vote le percement d’une rue transversale parallèle à la rue Béthisy, ce sera la rue du marché.
Cloches et clochers noiséens

Cloches et clochers noiséens

Lors du bombardement de la ville le 18 avril 1944, le clocher est endommagé puis détruit, les cloches sont récupérées et déposées près de l’église (puis à l’intérieur). En 2004, la municipalité décide la réinstallation des cloches, non pas dans un clocher, mais sur une structure située sur un talus près de l’église.
Abécédaire de mes souvenirs d’enfant et d’adolescente en colonie de vacances

Abécédaire de mes souvenirs d’enfant et d’adolescente en colonie de vacances

De 1963 à 1974, Odile Mazeron a fréquenté les colonies de vacances de la ville de Noisy-le-Sec. Elle témoigne.
Pas à pas, rue Henri Barbusse

Pas à pas, rue Henri Barbusse

Sur une carte de 1810, la rue Henri Barbusse porte le nom de « Chemin du bout d’en bas à Merlan » ; les Noiséens ont emprunté cet itinéraire depuis le village de Noisy pour se rendre au hameau de Merlan.
Henri Moissan, un Noiséen prix Nobel de chimie

Henri Moissan, un Noiséen prix Nobel de chimie

Il existe à Noisy-le-Sec une voie dénommée rue Moissan, qui coupe perpendiculairement le boulevard Michelet en sa partie haute. Bien peu de Noiséens savent qui est Henri Moissan, d’autant plus qu’aucune plaque, ni aucune indication ne renseigne le passant. Cela vient d'être corrigé...
Monsieur le Maire n'est plus content !

Monsieur le Maire n’est plus content !

Je vous propose aujourd’hui un document tiré d’un journal Le Charivari. La lithographie fait partie d’une série publiée dans le journal sous le titre « Les fêtes champêtres », il s’agit de la 4ème planche de la série. L’original est conservé au Musée Carnavalet.
avenue Georges Clémenceau

avenue Georges Clémenceau

Dénommée à l’origine rue de la Victoire elle prend le nom avenue Georges Clémenceau décédé le 24 novembre 1929 (surnommé le Père la Victoire) le 14 février 1930.
Le Londeau de 1789 à 1964

Le Londeau de 1789 à 1964

C’est Nicolas Tripier, avocat et maire de Noisy-le-Sec de 1819 à 1829 qui, s’étant porté acquéreur de la ferme et des terrains du Londeau, fit construire la demeure bourgeoise, devenue plus tard Carmel, qui ne fut démolie qu’à partir de 1964.  «  En 1850, ses héritiers morcèlent les parcelles et les vendent aux enchères. Seules...
Le fief du Londeau, des origines à 1789

Le fief du Londeau, des origines à 1789

Le nom Londeau est une déformation de « longue-eau ». L’orthographe actuelle date du début du 19ème siècle . Il y avait là un fossé qui recueillait les eaux sauvages provenant des hauteurs de la Boissière et du vallon de la Fontaine d’Orval.
Très belle année 2019 !

Très belle année 2019 !

En route pour de nouvelles aventures !
Offrez un best seller pour les fêtes !

Offrez un best seller pour les fêtes !

Le recueil "1914-1918 Mémoires noiséennes" remporte un franc succès. A vous de le découvrir et pourquoi ne pas l'offrir pour les fêtes de fin d'année ?
Le gymnase municipal de la rue Damoiselet

Le gymnase municipal de la rue Damoiselet

Le 15 novembre 1902, le Conseil Municipal prend une délibération et décide de la construction d’une salle de gymnastique et d’une remise de pompe avec cheminée de séchage pour les tuyaux, rue Damoiselet.