Histoire et mémoire
Cloches et clochers noiséens

Cloches et clochers noiséens

Lors du bombardement de la ville le 18 avril 1944, le clocher est endommagé puis détruit, les cloches sont récupérées et déposées près de l’église (puis à l’intérieur). En 2004, la municipalité décide la réinstallation des cloches, non pas dans un clocher, mais sur une structure située sur un talus près de l’église.
Fin de carrière pour la locomotive baptisée "Noisy-le-Sec"

Fin de carrière pour la locomotive baptisée « Noisy-le-Sec »

Le dimanche 20 octobre 1974 avait lieu, dans la cour marchandises de la gare de Noisy-le-Sec, le baptême de la locomotive diesel CC 72077 décorée aux armoiries de la ville de Noisy-le-Sec.
Abécédaire de mes souvenirs d’enfant et d’adolescente en colonie de vacances

Abécédaire de mes souvenirs d’enfant et d’adolescente en colonie de vacances

De 1963 à 1974, Odile Mazeron a fréquenté les colonies de vacances de la ville de Noisy-le-Sec. Elle témoigne.
Pas à pas, rue Henri Barbusse

Pas à pas, rue Henri Barbusse

Sur une carte de 1810, la rue Henri Barbusse porte le nom de « Chemin du bout d’en bas à Merlan » ; les Noiséens ont emprunté cet itinéraire depuis le village de Noisy pour se rendre au hameau de Merlan.
14 avril 1946, première commémoration du bombardement de 1944

14 avril 1946, première commémoration du bombardement de 1944

"Pour la petite histoire, j'avais moi-même une amie Jeanine Louis, avec qui chaque soir au sortir de l'école nous jouions à "je te raccompagne, tu me raccompagnes..." Ce soir du 18 avril, je l'ai raccompagnée pour la dernière fois. Jeanine et sa famille ont disparu dans le bombardement."
Henri Moissan, un Noiséen prix Nobel de chimie

Henri Moissan, un Noiséen prix Nobel de chimie

Il existe à Noisy-le-Sec une voie dénommée rue Moissan, qui coupe perpendiculairement le boulevard Michelet en sa partie haute. Bien peu de Noiséens savent qui est Henri Moissan, d’autant plus qu’aucune plaque, ni aucune indication ne renseigne le passant. Cela vient d'être corrigé...
18 avril 1944, la famille Duthy dans la tourmente.

18 avril 1944, la famille Duthy dans la tourmente.

La famille Duthy est venue s’installer à Noisy-le-Sec vers 1930, le grand père est ferronnier d’art et la grand-mère sert dans les cantines scolaires de la ville. Ils demeurent dans un pavillon au 22 ter allée Duquesne.
Monsieur le Maire n'est plus content !

Monsieur le Maire n’est plus content !

Je vous propose aujourd’hui un document tiré d’un journal Le Charivari. La lithographie fait partie d’une série publiée dans le journal sous le titre « Les fêtes champêtres », il s’agit de la 4ème planche de la série. L’original est conservé au Musée Carnavalet.
Les commerces de la rue Jean Jaurès du n°55 au n°119.

Les commerces de la rue Jean Jaurès du n°55 au n°119.

Continuons notre balade rue Jean Jaurès, côté impair, de la rue Saint-Jean à la Gare....
Les eaux de Noisy-le-Sec

Les eaux de Noisy-le-Sec

Il apparait que Noisy ne fut pas toujours "le SEC".
avenue Georges Clémenceau

avenue Georges Clémenceau

Dénommée à l’origine rue de la Victoire elle prend le nom avenue Georges Clémenceau décédé le 24 novembre 1929 (surnommé le Père la Victoire) le 14 février 1930.
Le Londeau de 1789 à 1964

Le Londeau de 1789 à 1964

C’est Nicolas Tripier, avocat et maire de Noisy-le-Sec de 1819 à 1829 qui, s’étant porté acquéreur de la ferme et des terrains du Londeau, fit construire la demeure bourgeoise, devenue plus tard Carmel, qui ne fut démolie qu’à partir de 1964.  «  En 1850, ses héritiers morcèlent les parcelles et les vendent aux enchères. Seules...